preloder

« Dragon dreaming » ou quand le poulpe rêve aux côtés du dragon

Ce week-end le poulpe a passé deux jours en pleine montagne pour se former au « Dragon dreaming » dans un éco-lieu. Il a bien envie de vous raconter son aventure et ses découvertes…

Lou Neissoun est un éco-lieu situé au-dessus du petit village de Roussillon dans l’arrière-pays provençal. Le temps d’un week-end ils nous ont accueilli pour découvrir un outil d’intelligence collective : le dragon dreaming.

Cet outil nous vient d’Australie, il a été créé par Vivienne Elanta & John Croft et il est inspiré de la culture Aborigène. Il repose sur trois piliers : le soin porté à l’individu, au groupe et à la Terre.

C’est un processus d’intelligence collective qui se construit en 4 phases :

1. Le rêve

2. Le plan

3. L’action

4. La célébration

1- Le rêve

Ce week-end nous avons tous rêvé autour de cet éco-lieu Lou Neissoun à partir d’une question générative : que faudrait-il qu’il se vive pour que dans 1 an, je puisse me dire que je suis enchanté et pleinement satisfait d’y avoir investi du temps et de l’énergie ?
C’est cette question qui a permis au groupe de générer un rêve commun. Et ça fait du bien de rêver ensemble !

2- Le plan

Alors que pendant la phase de rêve toutes les idées sont notées et retenues, au moment du plan il s’agit de resserrer les idées autour de grands objectifs et buts communs. Nous avons donc formulé individuellement puis collectivement les objectifs majeurs pour la bonne réalisation du rêve.

3- L’action

Car il ne suffit pas de rêver cher poulpe mais il faut agir dans le monde réel pour voir son rêve s’accomplir. Et cette phase n’est pas la plus facile. Passer du rêve à l’action est une étape cruciale. Nous avons travaillé en petit groupe autour des objectifs retenus pour dégager des grands projets à mettre en œuvre et définir des pilotes pour chacun de ces projets.

4- La célébration

Parce qu’un beau projet, une réalisation, l’accomplissement d’un rêve mérite qu’on s’y arrête et qu’on prenne un temps pour célébrer le travail accompli. Ce week-end nous avons pris le temps de reconnaître les qualités de chaque membre du groupe.

L’intérêt de cette méthode c’est qu’elle n’évince pas nos dragons, toutes les peurs, freins, croyances limitantes qui nous empêchent de réaliser nos rêves, tous ces jugements aussi auxquels nous craignons d’être confronté « nan mais tu rêves là… ! ». Il est essentiel de s’y attarder pour être sûr que ce qui est posé pendant le workshop se réalisera dans l’année à venir.

En conclusion…

Le poulpe revient rêveur de la montagne. Son constat c’est qu’il est important de rêver mais aussi d’atterrir pour voir les choses se réaliser dans le concret. Cet outil a vraiment un grand intérêt pour aider un groupe à se structurer, à se projeter ensemble et à construire les premiers pas vers le rêve. Il a été pensé avec une philosophie singulière qui donne tout son sens au processus global. Un des aspects de cette philosophie que je retiendrais c’est le jeu gagnant-gagnant ou comment sortir de cette pensée négative qui nous dit que pour réussir il faut forcément qu’il y ait un perdant…

Alors vous avez un projet ? un rêve ? n’hésitez pas le poulpe est prêt à se transformer en dragon pour vous y aider.

Et un grand merci aux Papillons voyageurs pour l’organisation de ces deux jours et à Nicolas et Jérôme pour leur facilitation !